Centres désignés pour l’intervention médicosociale auprès des victimes d’agression sexuelle

Si vous venez de subir une agression sexuelle, vous devez communiquer le plus rapidement possible avec un centre désigné afin de recevoir des soins.

Quels sont les services offerts dans un centre désigné?

Un centre désigné pour l’intervention médicosociale auprès des victimes d’agression sexuelle (centre désigné) offre différents services d’aide d’urgence médicale et psychosociale aux victimes d’âge mineur ou majeur dont l’agression sexuelle remonte à moins de 6 mois. Les services sont disponibles 24 heures par jour, toute la semaine, et sont assurés par une équipe médicosociale composée d’intervenantes psychosociales, d’infirmières et de médecins formés pour aider les victimes d’agression sexuelle.

Où sont situés les centres désignés des Laurentides?

La région des Laurentides compte deux centres désignés. Il est possible de se présenter en personne dans un centre désigné, ou d’appeler Info-Social au 811 afin de parler avec une intervenante qui pourra guider la victime et/ou ses proches.  

Coordonnées :

Urgence de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme
290, rue De Montigny
Saint-Jérôme (Québec)  J7Z 5T3
Téléphone : 8-1-1

Urgence du Centre de services de Rivière-Rouge
1525, rue l’Annonciation Nord
Rivière-Rouge (Québec)  J0T 1T0
Téléphone : 8-1-1

Quelles sont les différentes étapes de l’intervention en centre désigné?

Lorsque la victime (accompagnée ou non) se présente au centre désigné, elle est tout d’abord accueillie par l’infirmière au triage de l’urgence. Elle n’a pas à raconter les événements à cette étape; elle mentionne seulement à l’infirmière qu’elle a subi une agression sexuelle. L’infirmière assigne un code prioritaire à la demande de la victime qui est dirigée vers un endroit calme en attendant de rencontrer une intervenante dans un délai minimal.

Une intervenante psychosociale ou une infirmière formée pour l’intervention auprès des victimes d’agression sexuelle rencontre ensuite la victime en toute confidentialité afin de la soutenir et de l’écouter. L’intervenante demande à la victime de raconter le récit des événements et note les informations dans des formulaires.

En fonction de son récit, ses besoins et ses désirs, la victime détermine avec l’intervenante si des prélèvements médicolégaux sont pertinents. Ceux-ci sont effectués par le médecin ou l’infirmière. Les prélèvements sont faits dans un délai maximal d’un à cinq jours après l’agression et peuvent servir de preuves médicolégales qui sont remises à la police.

Le choix de procéder à des prélèvements médicolégaux, tout comme le choix de porter plainte à la police, revient à la victime (ou à l’autorité parentale si la victime a moins de 14 ans)

La prochaine étape est celle de l’examen médical (sans prélèvement) ou de l’examen médicolégal (avec prélèvements) fait par le médecin de l’urgence en présence de l’infirmière. Cet examen peut avoir lieu que la victime souhaite porter plainte à la police ou non. Il consiste à :

L’équipe médicale procède aussi à des soins et des traitements auprès de la victime et lui propose un suivi médical dans un délai de deux à trois semaines. 

Dans la dernière étape de sa visite au centre désigné, la victime revoit l’intervenante psychosociale ou l’infirmière qui lui apporte de l’information et du soutien. À ce moment, l’intervenante peut :

Lors de son départ du centre désigné, l’intervenante s’assure de la sécurité de la victime pour son retour à domicile.